L’EVO 2020 n’aura finalement pas lieu, son PDG limogé

L’EVO 2020 est en pleine crise à la suite d’une révélation obligeant les dirigeants à tout simplement annuler la tenue de l’événement, une situation non pas sans conséquence.

Lire aussi : EVO Online : l’ouverture des inscriptions, le planning et les plateformes de chaque jeu en compétition.

Alors que les voix se libèrent et mettent enfin en lumière les abus et harcèlements, y compris du coté des membres de la FGC où elles sont de nature souvent sexuelle, l’organisation de l’EVO toute entière traverse à son tour une crise sans précédent. C’est à la suite des révélations d’un joueur à l’encontre du PDG Joey Cuellar que l’affaire a éclaté au grand jour.

Le récit publié ce week-end sur les réseaux sociaux par PyronIkari détaille la façon dont Joey Cuellar abusait de son statut privilégié au sein d’une salle d’arcade en demandant à de jeunes enfants de se dénuder ou sauter en sous-vêtements dans des piscines, et ce contre des jetons d’arcade. C’est plus précisément en 2001 que Joey Cuellar a incité PyronIkari à exposer ses parties intimes en échange de 20 misérables dollars.

À l’annonce de ces révélations, les éditeurs devant participer à l’EVO Online 2020 ont tout simplement annulé leur venue afin de condamner les actes d’abus et témoigner leur soutien aux victimes. Dans la foulée, les rênes de l’EVO ont été reprises par l’un de ses co-fondateurs historique également à la tête de Radiant Entertainement (Rising Thunder) et créateur de GGPO, le fameux Tony Cannon. Laissant par la suite un Joey Cuellar livré à lui-même publier via son compte Twitter un message d’excuse dans lequel il blâme un jeune Joey téméraire qui a fait des choses dont il n’est pas fier. Message Twitter depuis supprimé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*