DOSSIER : Les inspirations & plagiats insoupçonnés de Street Fighter 2

Musiques, personnages ou stages, grâce à ces secrets de fabrication encore insoupçonnés de Street Fighter 2 vous aurez de quoi briller lors de vos prochaines soirées mondaines.

Lire aussi : INTERVIEW : l’esport selon Matthew Edwards, Community & Esports Managers chez Capcom.

Comme pour tout, l’inspiration vient de quelque part. Mais dans une période où internet n’existait pas encore voir était très peu démocratisé, il semblerait que certains créatifs ne connaissaient pas le concept de propriété intellectuelle. Lorsque l’un d’entre eux avait aimé un film, une musique, un livre ou une quelconque œuvre c’est l’un de ces supports qui servait de base pour le développement d’une idée.

Les exemples existent, vont dans l’excès et ont touché une bonne partie de l’industrie nippone des années 80 et 90. Entre les musiques de Metal Gear Solid plagiés du film « Speed » et de « Snow Storm » de Gueorgui Sviridov ou le travail de Kenji Yamamoto dans Dragon Ball Z calqué sur les hits de l’époque, il y a de quoi faire.

Snow Storm de Gueorgui Sviridov, comme un air de ressemblance avec Metal Gear Solid dès la 34ème seconde.

Les jeux de combat ne sont pas épargnés. Dans notre viseur le plus connu de tous, la série Street Fighter 2. Vendue à plus de 27 millions d’exemplaires dans le monde toutes versions confondues, son succès interplanétaire est en partie grâce à son innovation et à plusieurs ingrédients provenant d’ailleurs.

Cet article vous permettra de découvrir quelles sont les inspirations et les plagiats insoupçonnés à la création de cette licence. Pour cela, nous avons mené l’enquête à travers « les internets ». Dans cette entreprise nous sommes passés à la fois par de nombreux sites web et les réseaux sociaux. Déterminé a creuser un peu plus que les compères, nous n’avons bien sûr pas oublié de les citer comme source dans nos lignes.

Les plagiats dans Dragon Ball Z.

RYU & SAGAT

Le début de nos recherches nous emmène du coté du site rlateef.com. Son article datant de 2012 relate en surface ce que seuls les initiés savent déjà : l’une des grandes inspirations derrière le premier Street Fighter vient du manga « Karate Baka Ichidai ».

Lui-même influencé par l’histoire du maître Karatéka Mas Oyama, ce récit est paru de 1971 à 1977 dans la revue japonaise « Weekly Shõnen Magazine ». Elle a également eu d’autres déclinaisons. Tout d’abord via les 47 épisodes d’une série animée puis en trois films avec pour acteur principal l’un des élèves du maitre, Shin’ichi « Sonny » Chiba.

Manga Vs. Street Fighter © Karate Master/Capcom

Outre des moments clés du manga réutilisés tel un « Bonus Stage », c’est précisément de là que proviennent deux des protagonistes les plus populaires de Street Fighter. À commencer par Ryu qui reprend autant une partie de la personnalité de Mas Oyama que les traits de son alter égo, le héros Ken Azuka. Plus tard, ce seront quelques-unes de ses techniques qui seront reprises dans les Street Fighter suivants.

Les similitudes entre Oyama alias Ken Azuka et Ryu (SF1) © Karate Master/Capcom/arttronik.wordpress.com

Tout comme le jeu, Oyama affronte dans le manga de nombreux adversaires aux styles différents. Allant des boxeurs et karatékas aux meilleurs pratiquants du Muay Thaï. L’un d’eux nommé Reiba alias « le seigneur noir du Muay Thaï » est de toute évidence le portrait craché de Sagat « l’empereur du Muay Thaï ». Sa position de dernier boss est aussi un repère à « l’invincible Black Cobra », la source d’inspiration à la conception de Reiba et le plus grand adversaire affronté par Mas Oyama (Bangkok, 1954).

Les développeurs derrière Street Fighter IV en ont même fait un petit clin d’œil avec l’une des tenues alternatives de Sagat.

Reiba et Sagat partagent les mêmes traits et le même background © Karate Master/Capcom

Concernant leur stage, chez Ryu on reconnait assez facilement le château de Matsue en arrière plan. Celui de Sagat puise sa trouvaille dans le temple Wat Lokaya Sutharam à Ayutthaya en Thaïlande. Ce lieu est reconnaissable notamment grâce à sa statue couchée. Après quelques recherches nous savons qu’il existe dans le pays trois idoles de ce type et la seule à être en plein air est celle d’Ayutthaya.

La statue couchée et en plein air, détail de la localisation du stage © Capcom

FEILONG

Ce n’est un secret pour personne, le personnage de Fei Long est l’une des plus célèbres représentations virtuelles de Bruce Lee. Cerise sur le gâteau, son arène de combat a vraiment existé et se matérialisait à travers les jardins Hong Kongais des créateurs de la baume du tigre. Sobrement intitulés les « Tiger Balm Gardens », leur création date de 1935. Détruit en 2004 et remplacé par d’autres jardins, ce lieu compte désormais sur les internets et Super Street Fighter 2 dont sa déclinaison Turbo comme dernières archives.

Les Tiger Balm Gardens, reliques du passé © Capcom

La légende dit que le thème musical de ce décor (depuis devenu celui de Fei Long) est inspiré de la bande originale du film « Et pour quelques dollars de plus ». Datant de 1965 et avec pour vedette Clint Eastwood, il s’agit du deuxième épisode de la trilogie du dollar réalisé par Sergio Leone. Sa bande son est quant à elle composée par le célèbre Ennio Morricone.

Thème « Et pour quelques dollars de plus »

Le succès autour du film est tel qu’il en a inspiré plus d’un dans l’industrie phonographique et vidéoludique. À commencer par le groupe de rock intitulé Babe Ruth. Formé en Angleterre dans les années 70, leur titre phare « The Mexican » reprend sans détour les notes principales de la composition de monsieur Morricone.

En 1991 c’est Konami qui s’y frotte dans son jeu « Teenage Mutant Ninja Turtles – Turtle In Time », précisément dans le niveau « Bury My Shell at Wounded Knee ». Deux ans plus tard, Capcom prend également la liberté de se servir du même passage pour en créer le thème de Fei Long/des Tiger Balm Gardens. Les fans de cinéma n’auront pas besoin d’une écoute supplémentaire pour confirmer cela.

Thème de Fei Long, Super Street Fighter 2

KEN

L’histoire et les inspirations entourant Ken et son thème musical sont assez atypiques et vont de pair avec un autre personnage. Suggestions dans un premier temps destinées à Joe, combattant non jouable du premier Street Fighter, ces dernières ont été recyclées pour les besoins de Street Fighter 2.

Autant être clair, les similitudes avec le champion du monde de Karaté du nom de Joe Lewis sont nombreuses. Tout comme Ken, Lewis est un américain à la chevelure blonde ayant appris le style traditionnel du Karaté au Japon. Une fois de retour aux États-Unis il gagna le titre de champion du monde et devint une star internationale. De plus, il est également devenu champion du monde de Full Contact Karaté après avoir crée sa propre école.
Différents détails vont dans ce sens. Afin de se démarquer des autres il opta pour un kimono de couleur rouge. Puis dans l’unique but de s’approprier son propre art martial il n’hésita pas à modifier la forme initiale de son Karaté « Shōrin-ryū». Comme ce qui distingue dans Street Fighter notre cher Ken de Ryu alors dans un style plus usité.

Joe Lewis ou Ken Masters, c’est vous qui voyez !

À la première écoute de l’air le représentant, les cinéphiles reconnaîtront le thème de fin « Mighty Wings » du film Top Gun. Cette production américaine de 1986 et réalisée par Tony Scott peut se vanter de proposer l’une des bandes originales les plus vendues à ce jour. À un point où le groupe crée par Capcom afin de créer les musiques de Street Fighter 2, Alph Lyra, fut bien inspiré des auteurs originaux : le groupe Cheap Trick.

Mighty Wings from « Top Gun » Original Soundtrack

Tellement que cette composition était à la base non pas destinée à Ken mais à Guile. Ce fameux militaire affrontant ses adversaires dans une arène de combat située à la fois devant une pseudo bande à la « Maverick » et un avion militaire. Il a été choisi un F-16 Fighting Falcon pour brouiller les pistes et s’éloigner du F-14 Tomcat également co-vedette du film.
Si malgré tout vous associez l’ensemble de ces ingrédients avec la musique de Ken on peut vous garantir un procès digne de ce nom. D’où la décision finale d’inverser les pistes audio de ces deux combattants. On sait être prudent chez Capcom.

Thème de Ken, Street Fighter 2

GUILE

Maintenant bien au courant de la petite histoire avec Ken, passons à Guile et son thème que l’on peut, grâce à une information trouvée dans une conversation reddit datant de 7 ans, d’ores et déjà affirmer ne pas venir de si loin.

Thème de Guile – version SSF2 et accessoirement son arène de combat

C’est le groupe japonais T-Square qui en fait les frais avec notamment son titre « Travelers » issu de leur album Adventures. Une ode à tous les voyageurs en herbe dont s’inspire initialement Ken, le « bagarreur » de Street Fighter 2.
Pour mettre cela au clair il faut une nouvelle fois jeter un coup d’œil à l’arène de combat du karatéka en kimono rouge de Street Fighter 2. Un quai et l’embarcation qui y est amarrée font étrangement penser à ceux du film « Le Bagarreur » de 1975 avec Charles Bronson. Ressemblance récemment pointée du doigt par le compte Twitter/GG_DennisZopfi.

Pas de Shoryuken dans le film « Le Bagarreur » © Columbia Pictures/Capcom

On vous fait rapidement le pitch. Un boxeur-voyageur de passage dans la Nouvelle-Orléans remporte des combats clandestins qui au fil du temps sont de plus en plus cotés. De quoi donner l’envie à Alph Lyra d’être en parfaite cohérence avec les programmeurs de chez Capcom, recycler une musique qui illustre le bagarreur/voyageur de ce stage.
Pas de complications ici, on garde toute la base et on modifie juste le tempo de quelques accords pour semer le doute sans toutefois retirer l’hymne principal. Au final, on se retrouve avec un « The Square – Travelers 2.0 ». Plus tard les internets appelleront ça « Guile’s Theme Goes with Everything ».

The Square « T-Square » – Travelers

ZANGIEF

À ses origines, Street Fighter ‘89 de son nom de code devait être la suite directe du tout premier Street Fighter. Mais le développement du jeu a pris une autre tournure et nous a donné le spin-off canonique du même univers que nous connaissons aujourd’hui, « Final Fight ».
Pendant sa création le cahier des charges imposait la présence d’un catcheur au sein du casting jouable. Toujours dans cette optique d’user plusieurs références, l’un des protagonistes fait directement référence à Victor Zangiev, star moustachue du catch des années 90 au Japon. Afin d’éviter tous soucis, il fût rebaptisé Haggar.

Victor Zangiev face au japonais Yukoh Miyato

Conscient de devoir recréer de toute pièce un catcheur pour le « vrai » Street Fighter 2, les références à Victor Zangiev sont conservées. Cette fois c’est son nom, son apparence, ses origines soviétiques et ses codes vestimentaires qui sont réutilisés. Finalement seul son visage sortira entièrement de l’imagination de son créateur. Cela avait fait beaucoup de bruit à l’époque, les vieux fans de VHS comme nous s’en souviennent encore.

Michael Jackson – Bad

Selon un fil de discussion sur le forum neogaf.com le groupe Alph Lyra devait beaucoup aimer notre regretté Michael Jackson. Sorti en 1987, le septième album « Bad » fait un carton interplanétaire jusqu’à s’exporter au Japon et devenir l’introduction du thème musical de Zangief. À moins qu’il s’agisse d’une pure coïncidence ?

Theme de Zangief – Arcade

Coté décor nous basculons une nouvelle fois en 1975 avec le film de Walter Hill, « Le Bagarreur ». Le lieu repris est celui dans lequel Charles Bronson affronte Robert Tessier et tout y est. Nous avons droit aux grillages, échafaudages, à l’ambiance usine et bien sûr le public. On vous laisse juger par vous-même. Une autre ressemblance pointée du doigt une nouvelle fois par le compte Twitter/GG_DennisZopfi.

Non plus, pas de Lariats dans le film « le Bagarreur » © Columbia Pictures/Capcom

DHALSIM

Pas la peine de vous détailler les similarités entre Balrog alias Mike Bison au Japon et le boxeur Mike Tyson. Ni de vous expliquer pourquoi Blanka et la version télévisée de Hulk ont des points communs. Cependant, trouver les références à Dhalsim n’est pas une mince affaire.

Même si ce dernier a eu plusieurs designs lors de sa conception (il devait par exemple avoir six bras), le résultat final penche plutôt en faveur d’une œuvre chinoise de 1976.
C’est en tombant sur le site fightingstreet.com que les choses se sont clarifiées. C’est précisément du film de Kung-Fu « Le Bras armé de Wang Yu contre la guillotine volante » que vient la plus grosse inspiration pour le personnage. Le protagoniste principal du long-métrage est dans une scène opposé à Yoga Tro La Seng, un grand maître de Yoga capable d’allonger ses bras. Cela ne vous rappelle rien ?

Le combat de Yoga Tro La Seng

L’état de Kerala est l’endroit parfait pour voir des éléphants en Inde. Les festivals « Onam » en été et « Thrissur Pooram » situé entre avril et juin ont pour compagnie des éléphants vêtus de parures similaires au stage de Dhalsim. Ceci nous permet aujourd’hui d’affirmer avec certitude que le palace de Maharaja dans lequel nous l’affrontons est situé dans ce même état.

Le festival Thrissur Pooram Vs. le stage de Dhalsim.

CAMMY

La personne en charge de l’élaboration de Cammy devait être un grand fan du manga « Gunnm ». Publié de 1990 à 1995, l’arrivée de Super Street Fighter 2 synonyme de première apparition de la petite anglaise ne s’est fait qu’en 1993. Les fans ont su rapidement identifier les liens qui unissaient celle ayant pour nom de code « Killer Bee » alias Cammy et Gally, l’héroïne de « Gunnm ».

En effet, les points communs sont en trop grand nombre et pour le coup nous allons vous les énumérer en combinant ceux qui se trouvent également sur le site cammyfan.com.

Gally en MotorBall et Cammy en Rollerblade © Kodansha/Capcom

Similitudes entre Gally et Cammy :
• Plusieurs coups spéciaux de Cammy sont réalisés par Gally dans le manga (Canon Spike, Spiral Arrow, Canon Strike …).
• Elles sont toutes les deux atteintes d’amnésie mais conservent leur instinct de combat.
• Cammy est une combattante génétiquement avancée. Gally est un Cyborg de combat mécaniquement avancé.
• Gally récupère le nom du chat du docteur Ido. Cammy récupère le nom d’un des chats de Sakura (référence à voir dans le manga de Masahiko Nakahira).
• Cammy et Gally ont toutes les deux été élevées par une figure paternelle. Le Colonel Wolfman pour Cammy et le Docteur Ido pour Gally.
• Elles possèdent toutes les deux des amis opérateurs. Lou pour Gally et Hanna pour Cammy (référence à voir dans le manga de Masahiko Nakahira).
• Avant de perdre sa mémoire, Cammy était une terroriste tout comme Gally avant qu’elle ne perde également sa mémoire.
• Cammy a 12 clones nommées les Shadowloo Dolls. Gally a du se battre contre ses 12 clones dont un duo nommé Elf et Zwolf (11 et 12 en allemand). Idem pour Cammy avec Juni et Juli (Juin et Juillet en allemand).
• Une version en Rollerblade de Cammy qui provient du jeu Canon Spike s’inspire directement de Gally en tenue de MotorBall.

Cammy est originaire d’Angleterre et son arène devrait logiquement représenter son pays. Mais le design initial de la forteresse où ont lieu les joutes est basé sur le célèbre château de Liechtenstein en Allemagne, soit à plus de 700 km de là.

Le château de Liechtenstein.

M.BISON (Vega au Japon)

Crée en 1987, le manga Riki-Oh a aussi servi de matériaux de base pour M.Bison et comme cité sur le site fightingstreet.com c’est vers l’un des antagonistes principaux dénommé Washizaki qu’il faut se tourner.

En fouinant un peu plus de notre coté nous découvrons pas mal de choses. Apparu au 16ème chapitre, ce personnage a le contrôle absolu d’une ville non inscrite sur la carte. Ses plans étant de raser la surface de la terre pour mieux la repeupler grâce à ses alliés, il a du s’épauler de scélérats pour les initier. Ceci devrait aisément vous rappeler la découverte dans Street Fighter 2 du dictateur et de ses trois sbires.
Son apparence est aussi une pure copie de Washizaki. La cape, l’uniforme, l’étoile sur le chapeau militaire ou le plagiat de certaines planches du manga se retrouvent dans le jeu. C’est tellement flagrant qu’il a fallu faire quelques modifications à son avatar dans les mise à jour suivantes de Street Fighter 2 pour éviter toute forme de procès.

>

Washizaki et M.Bison © Riki-Oh/Capcom

Son arène de combat est inspirée du Temple de Ramayana en Thaïlande. Les statues à chaque extrémité sont celles qui gardent le grand palais et se distinguent facilement.

Le temple de Ramayana Vs. sa version jeux vidéo © Noppawat Charoensinphon

LES DIFFÉRENTS LIEUX

Les autres arènes de combat restent inspirées de lieux réels. Les sites entertainment.ie et Gamespot.com avaient en 2016 déjà publié sur le sujet. Par exemple l’arène de Chun-Li vient d’un des marchés du quartier de Wan Chai en Chine, Balrog se bastonne en face de l’Hotel Casino Golden Nugget de Las Vegas, le Cabañas Cultural Institute de Mexico est dans Super Street Fighter 2 et Blanka impose le respect dans l’une des favelas du Brésil.

Comme nous pouvons le constater, l’univers de Street Fighter a beaucoup emprunté à la pop culture de l’époque. La musique, les personnages publics ou fictifs ainsi que le cinéma étaient des sources d’inspiration pour les développeurs japonais. Il faut dire, isolés sur leur archipel personne n’aurait imaginé qu’un jour ce que l’on appelle l’internet exhume les différentes influences.

Pas la peine de leur jeter la pierre, ce processus est devenu de nos jours monnaie courante dans l’industrie vidéoludique. On pourrait presque affirmer que Capcom avait bien avant tout le monde compris la recette d’un bon jeu vidéo : utiliser des références qui parlent à tout le monde.

3 réflexions au sujet de « DOSSIER : Les inspirations & plagiats insoupçonnés de Street Fighter 2 »

  1. LedemenT

    excellent article. En aucun il faudrait en vouloir à Capcom, au contraire. Cela montre plutôt que le développement de l’univers de street fighters et de ses personnages fut le fruit de recherches, de références ou clin d’oeils assez poussées. chapeau aux développeurs.

    Répondre
  2. T0PL33T

    Hello ,
    Top ce dossier j’ai adoré.
    Je passe tous les jours sur ce site pour me tenir informé sur la scène du VSF et il y a peu de commentaire mais tu fais un super boulot continu !!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*