On fait le point sur la rétrocompatibilité des périphériques PlayStation 4 sur PlayStation 5, et c’est pas beau

Avec l’arrivée de la Next-Gen qui se profile à l’horizon, Sony a décidé de nous en dire plus sur l’avenir des manettes de la génération actuelle. Alors, compatibles ou non ?

Lire aussi : Le résumé du Japan Fighting Game Publishers Roundtable (annonces, trailers etc.).

Nous en savons déjà un petit peu au sujet de la Playstation 5, pourtant les deux grandes lignes les plus importantes restent encore inconnues : son prix et sa date de lancement. Du coup, pour nous faire patienter ou plutôt en espérant que la concurrence dévoile ces infos avant, Sony joue la montre et nous donne d’autres détails liés à la console. C’est par le biais d’un billet publié sur le PlayStation Blog qu’Isabelle Tomatis, responsable au pôle « Marketing & Licence Périphériques », a fait le point sur la compatibilité des périphériques avec la future PlayStation 5.

À commencer par les contrôleurs de jeu. La manette sans fil DualShock 4 et tierces sous licence officielle PlayStation fonctionneront avec les jeux PS4 pris en charge. Tout comme les périphériques spéciaux sous licence officielle tels que les volants de course, les sticks arcade ou les joysticks pour lesquels il sera aussi possible d’en profiter sur des titres PS5 l’autorisant. Avant de s’emballer et s’imaginer déjà en train de pavaner en tournoi avec son ancien matos, il est fortement recommandé de vérifier auprès du fabricant de l’article sa bonne fonctionnalité car rien n’indique une rétrocompatibilité systématique.

Qu’en est-il du reste ? Même s’il faudra faire l’impasse sur l’application compagnon, les casques sans fil Platinum, Gold et casques tiers se connectant via le port USB ou la prise casque pourront être utilisés. Les manettes de détection de mouvements PS Move, la manette de visée PlayStation VR et La PlayStation Camera (via un adaptateur fourni gratuitement) marcheront avec les jeux PS VR pris en charge sur PS5.

« Techniquement, nous pourrons toujours nous servir de l’ancien matériel mais seulement si les développeurs le souhaitent. »

En résumé, nous nous retrouvons dans la même situation que lorsque est arrivée la PlayStation 4. Techniquement, nous pourrons toujours nous servir de l’ancien matériel mais seulement si les développeurs le souhaitent. On comprend bien que la nouvelle venue de Sony proposera une autre expérience de jeu avec la Dualsense (gâchettes adaptives, bouton Create etc..), ce qui force les principaux acteurs de l’ère Next-Gen à aller de l’avant. Mais les jeux de combat doivent-ils aussi passer par ce changement ?

Bien sûr que non, car la nouveauté dans le genre se fait avant tout à travers les mécaniques de gameplay en perpétuel renouvellement. De plus, 99% des sticks arcade sont dépourvus de vibrations ou gadgets et personne n’en a fondamentalement besoin. Pourtant il faut bien trouver un moyen pour forcer les joueurs à repasser à la caisse. Le constructeur de périphériques, l’éditeur et le consolier s’y retrouveront bien plus financièrement si il est conclu un deal commercial autour d’une nouvelle licence. Surtout si cette dernière est exclusive, propose une circuit esport et surtout si des palettes de dollars sont à remporter. Ce marché des accessoires et périphériques ne peut pas être ignoré. Il rapporte bien trop d’argent, surtout lorsque 112 millions de consoles sont distribuées.

Nul doute que les productions cross-gen façon Guilty Gear Strive n’auront pas ce type de problème, le but étant de nous faire passer du coté obscur en douceur. Nous ne sommes pas à l’abri de sticks arcade non « Legacy Friendly » dès lors qu’un jeu de baston est exclusif à la PlayStation 5. Il y aura toujours de quoi justifier l’achat : ajouter des fonctionnalités bien inutiles, ignorer un driver fonctionnel et optimisé pour cette rétrocompatibilité ou bricoler une configuration « Legacy » officiellement interdite en tournoi comme ce fut le cas pour Street Fighter V.

À contrario, Xbox a confirmé en toute simplicité l’association possible de tous les périphériques Xbox One avec la Xbox Series X. Cela inclut toutes les manettes, y compris adaptatives, sans fils et tierces, sans oublier tous les types de casques. C’est une très bonne stratégie de la part de la firme de Redmon qui capitalise désormais sur son Xbox Game Pass saupoudré de serveurs cloud Azure. Malheureusement, même si Killer Instinct a failli s’offrir une deuxième jeunesse avec l’anecdotique EVO Online, cela ne suffit pas à la Xbox One de suivre les pas de la Xbox 360 et d’être la console des tournois.

Nous pourrions continuer et parler de l’architecture Playstation qui depuis sa troisième génération offre nativement du lag sur ses jeux et son menu (OS), pose problème avec ses déconnexions de manettes sans fil, pousse l’utilisateur à repasser à la caisse à chaque génération, mais la loi de l’esport et des exclusivités gagne toujours. Le choix de la plateforme « esport canapé » appartiendra toujours aux utilisateurs, comme le choix de se faire enfumer ou non par un système toujours en quête du profit et non pas en faveur du joueur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*